skip to Main Content
Sept aspects à Connaître Sur Les Logiciels De Fabrication

Sept aspects à connaître sur les logiciels de fabrication

par Peter Mate, président de Planit Canada

Ma connaissance du bois est tellement limitée qu’elle en est dangereuse. Le bois n’a pas de secrets pour les professionnels. Au fil des ans, ils ont acquis certaines notions pas forcément connues des amateurs. Je suis cependant versée en matière de logiciels de fabrication et j’aimerais partager avec vous quelques notions importantes afin de vous éviter des surprises désagréables.

1 – Assurez votre logiciel

En cas d’incident concernant votre logiciel, qu’il s’agisse d’un incendie, d’un vol ou de tout autre événement vous obligeant à prendre contact avec votre fournisseur de logiciel pour obtenir une autre licence, vous devez toujours souscrire une assurance couvrant la valeur de remplacement totale du logiciel que vous avez acheté. La plupart des entreprises de logiciels feront tout leur possible pour aider, mais même dans le cas des licences sans clé ou des licences d’utilisation du logiciel actuelles, il est extrêmement difficile de s’assurer que la licence est détruite et ne peut être utilisée par personne d’autre. Votre assurance, c’est votre bouée de sauvetage.

2 – Sauvegardez vos données

C’est probablement ce qui vous en donnera le plus facilement pour votre argent. Pour vos données les plus importantes, je vous suggère de mettre en place deux ou trois systèmes de sauvegarde différents. Configurez une sauvegarde automatique sur un disque dur externe. Configurez une sauvegarde automatique dans le nuage. Vous pourrez ainsi sauvegarder vos données hors site afin que vous puissiez y accéder en cas d’incident sur vos ordinateurs au bureau ou en cas de perte totale. Si vous disposez d’un serveur, vous pouvez également y effectuer une sauvegarde. Il est crucial de rendre les sauvegardes automatiques.

3 – L’élimination graduelle d’un logiciel

Les fabricants de logiciels éprouvent tous des difficultés en matière de soutien, de débogage, de formation et d’installation de multiples versions de logiciels. C’est une des principales raisons pour lesquelles elles en viennent à éliminer graduellement les versions des logiciels de fabrication. Vous êtes peut-être plus à l’aise d’exploiter votre entreprise de fabrication à l’aide d’un vieux logiciel parce qu’il fonctionne et que vous savez comment l’utiliser, mais le jour où il cessera de fonctionner, vous regretterez de ne pas avoir été proactif. Ce sera tout un défi pour vous de retrouver ce logiciel désuet et de le remettre en service. Évitez le coup en exploitant une version récente du logiciel.

4 – La tarification et la maintenance en perspective

Au fil des ans, le prix des logiciels a grimpé. Il y a vingt ans, on pouvait se procurer un ordinateur portable pour des milliers de dollars et y mettre quelques centaines de dollars de logiciels, et le tour était joué. De nos jours, c’est plutôt l’inverse. On peut se procurer un ordinateur portable pour quelques centaines de dollars et d’y implanter des logiciels à coups de milliers de dollars. En plus des coûts initiaux, il faut généralement compter des coûts annuels de maintenance des logiciels. Il s’agit de frais qui servent à poursuivre le déploiement du logiciel. Correction de problèmes, ajout de fonctionnalités, adaptation à de nouveaux matériels sur le marché, etc. Ces frais de fabrication représentent généralement 15 à 25 % de la valeur réelle de votre logiciel. Pour 100 000 dollars de logiciels à valeur actuelle, les frais de maintenance pourraient représenter entre 15 000 et 25 000 dollars par an. En règle générale, si vous manquez une période, des arrérages sont prévus pour couvrir cette période manquée.

5 – Le CLUF

Cette clause que personne ne lit : le contrat de licence d’utilisateur final. Normalement, lorsqu’on installe le logiciel, on accepte le CLUF. En règle générale, le CLUF protège le développeur du logiciel contre les effets pervers que le logiciel pourrait avoir sur votre entreprise, votre équipement, la perte de revenus, etc. Tous les logiciels comportent des bogues, le CLUF protégera également le développeur des effets de ces bogues. La technologie implique que tous les logiciels comportent des bogues et qu’à l’occasion, ils ne fonctionneront pas du tout.

7 – Le piratage de logiciels

De plus en plus de développeurs de logiciels sont en mesure de détecter qui utilise des versions illégales de leurs logiciels. Le risque est donc important pour les fabricants. Il ne s’agit pas seulement de savoir si l’entreprise a téléchargé un logiciel illégal et l’utilise, il se peut aussi qu’un seul employé l’ait fait sans même que le propriétaire le sache. C’est un risque considérable. Veillez à mettre en place une politique de lutte contre le piratage des logiciels sur votre lieu de travail et à ce que tout le monde comprenne l’importance d’utiliser des logiciels légaux.

7 – Se former sans cesse

L’apprentissage se poursuit à mesure que les logiciels évoluent. Il ne cesse jamais. Pour votre atelier de fabrication, vous devez prévoir un budget et un programme de formation et d’approfondissement continus du fonctionnement du logiciel. Plus vous restez à l’affût des nouvelles améliorations et fonctionnalités, moins vous aurez à surmonter de difficultés par la suite. En vous formant et en vous perfectionnant en permanence, vous éviterez de devoir procéder à l’avenir à une refonte en profondeur.

Les logiciels représentent un investissement important et exigent un travail continu pour qu’ils puissent être exploités au maximum de leur potentiel. Compte tenu du manque de main-d’œuvre qualifiée, de l’augmentation des salaires, de la pression exercée pour parvenir à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de l’existence de machines commandées par ordinateur plus abordables et plus performantes, l’investissement devient des plus rentables.

Aimeriez-vous lire plus d’articles du président de Planit Canada Peter Mate? 

Découvrez les mots de notre président ici.

Back To Top